Serge Armel NJIDJOU

Ma vie à l’Université
Ma vie à l’Université

Ma vie à l’Université

Jan 12, 2024

J’ai travaillé dans le milieu universitaire pendant deux décennies, notamment à l’Université de Dschang, à l’Ouest du Cameroun. Dans un premier temps, j’ai dirigé l’interface avec les milieux socioprofessionnels au sein de l’Institut universitaire de Technologie Fotso Victor, à Bandjoun, l’établissement de formation technologique de cette université.

Plus tard, je vais prendre en charge la division de la Planification et du développement. Le dernier poste occupé est celui de chef de division de la planification. À ces deux dernières fonctions, je vais initier un ensemble de projets pour permettre à l’université de jouer un rôle prépondérant dans le système productif national. Certains projets réussiront, à l’instar du Groupement d’intérêt économique, sensé valoriser hors des campus, l’expertise des enseignants-chercheurs de cette institution universitaire. D’autres initiatives se solderont par des échecs, liés notamment à l’environnement structurel et culturel de l’université.

Comme leçon de la vingtaine d’années passées comme cadre dans le système universitaire, j’ai retenu que l’université d’Afrique francophone n’a pas été conçue pour servir de laboratoire de solutions concrètes pour nos sociétés. Elle se contente de « fonctionner », de produire des diplômés, lesquels ne sont pas en mesure d’inverser la courbe du sous-développement qui gangrène nos pays. Je m’évertue aujourd’hui, avec un groupe de volontaires, à animer une agence universitaire dont la raison d’être est de mettre des produits technologiques sur le marché, en maturant les résultats de la recherche.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *